[Thèse en préparation] Les voix du surréalisme. La constellation surréaliste à la lumière des archives radiophoniques : créations, lectures et entretiens sur les ondes.

Manon Houtart, “Les voix du surréalisme. La constellation surréaliste à la lumière des archives radiophoniques : créations, lectures et entretiens sur les ondes”. 

Thèse préparée sous la direction de Denis Saint-Amand, au Namur Institute of Language, Text and Transmediality (UNamur), et sous mandat d’aspirante au FNRS.

Thèse inscrite en octobre 2020.

Eu égard au rôle déterminant de l’oralité chez les surréalistes et chez leurs précurseurs (que l’on pense à la « voix surréaliste » comme moteur de la création, évoquée dans les écrits de Breton, à la voix prophétique de Desnos dans l’expérience des sommeils ou aux lectures cacophoniques des dadaïstes), compte tenu également de l’ambition, chez les pionniers des ondes – Paul Deharme en particulier –, de faire de la radio naissante le médium du subconscient par excellence en encourageant les écrivains à développer un art radiophonique spécifique, propre à susciter la rêverie chez l’auditeur, étant donné, enfin, la concomitance de ces phénomènes et leur intérêt commun pour le rêve, on aurait pu s’attendre à ce que les surréalistes exploitent massivement les ressources de l’art des sons. Or, au sein même du surréalisme, c’est-à-dire parmi les membres reconnus et pendant la période la plus foisonnante du mouvement (l’entre-deux-guerres), la radio a été délaissée, voire dédaignée, pour de multiples raisons, d’ordre institutionnel, poétique et sociologique. Mais dans les marges du mouvement, chez les membres exclus, les dissidents ou les héritiers, de nombreuses expérimentations radiophoniques furent tentées : restitution sonore de récits de rêves par Desnos, émissions poétiques d’Eluard et Soupault, pièces radiophoniques d’Artaud, radiodrames de Paul Dermée et d’Emile Malespine, décors sonores d’André Souris…L’objectif de cette recherche est de répondre à la question suivante : comment les surréalistes français et belges ont-ils eu recours à l’oralité dans la création et la diffusion de leur poésie ? Comment ce rapport à l’oralité s’articule-t-il avec le contexte de développement de l’art radiophonique concomitant des premiers pas du surréalisme ? Plus largement, en partant d’une apparente contradiction, ma recherche vise à renouveler les outils conceptuels des études littéraires et à contribuer à écrire une histoire orale de la poésie.



Citer ce billet
Céline Pardo (2022, 22 novembre). [Thèse en préparation] Les voix du surréalisme. La constellation surréaliste à la lumière des archives radiophoniques : créations, lectures et entretiens sur les ondes. Radiophonies littéraires. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t7z7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search